Quitter son travail de b(o)ureau

13,04€. C’est le salaire horaire net moyen d’un salarié à temps complet (base 2007, source INSEE). Voilà pourquoi la plupart s’esclavent tous les matins. Et je ne parle pas des 1h30 (en moyenne) quotidiennes dévolues au transport, totalement « offertes » puisque la pointeuse démarre à l’arrivée dans l’entreprise, pas au départ de votre domicile… Je ne parle pas non plus de l’heure de table (qui n’a d’heure que le nom, le temps réellement passé attablé à déjeuner doit être approximativement de la moitié), de cette heure de stress et surtout de son coût car manger (si tant est qu’on puisse appeler ainsi la malbouffe servie aux cochons – ânes – moutons… rayez la mention inutile) n’est pas « gratuit. »

Le salarié de base se déplaçant généralement pour 8h dans la journée (tant qu’à faire, autant grouper!), ça nous fait dans les 100€/j. Je ne rentre pas trop dans le détail, j’ai déjà disserté sur le coût du travail (les dépenses engagées par le salarié pour bosser!!), je pourrais en ajouter une couche sur la double peine que constitue l’impôt sur le revenu…

_

Que représente cette somme?

Votre liberté!

Et pour aller plus loin, je vous propose un exercice simple: prenez une feuille et inscrivez tout ce que vous coûte votre travail (limitez-vous au plan financier, sans quoi sur le plan moral, il faudrait sans doute un cahier complet!). Listez puis budgetez: métro, essence et coût d’acquisition d’une 2nde voiture, temps perdu dans les transports, vêtements achetés spécifiquement pour le travail (j’entends par là que vous ne vous promèneriez sans doute pas en costume chez vous), garde d’enfants, restauration sur le lieu de travail, surcoût de loyer pour habiter près de votre boulot ou dans un bassin d’emploi coûteux (je pense aux grandes métropoles)…etc.

Le but étant d’obtenir votre gain horaire net net. Prenons un exemple: si je gagne 2000€ nets sur ma fiche de paie, que mes frais s’élèvent à 600€/ mois et que je bosse 20j/mois avec un temps de parcours domicile-travail (entre le moment où je pars de chez moi et le moment où je rentre) de 1h/j, alors mon gain horaire net net serait de 7€ (contre 12,50€ bruts!!!).

_

Le salaire à la moulinette 80/20

Vous « gagnez » 100€/jour mais pourquoi ne pas en faire « autant » avec « moins? »

Considérons toujours mon exemple avec 1h de trajet + 1h de table + 8h au bureau, soit un total de 10h. Si je considère mon gain net pour 1h de labeur à 7€: adieu l’esclavage du bureau et place à 10 actions engrangeant chacune (au moins) 7€. Imaginons qu’il ne faille que 10′ pour générer 7€, l’affaire serait pliée en moins de 2h: à vous les 9h de détente économisées. Ou vu différemment, 4 jours 1/2 de boulot dans le mois (sur une base de 8h/j)…

_

Quelles alternatives pour gagner 100€/j?

Si la clef du problème se résout à de l’arithmétique pour en extrapoler le gain net net, gardons le repère de 100€/j, ou plutôt de 13,04€/h, ce qui pour un contingent de 1600h travaillées annuellement, nous donnerait un salaire annuel légèrement inférieur à 21k€.

Il s’agit de modifier son paradigme, de changer d’optique de visualiser les choses. Auparavant, vous prostituiez votre temps en échange d’un (trop faible) salaire. Aujourd’hui, il s’agit de dégager une marge bénéficiaire. D’au moins 21k€/an (ou 100€/j) dans l’exemple choisi.

Quelques pistes:

  • Immobilier. En particulier le home-staging, voire la rénovation complète. Le principe est simple: vous acheter un appartement, vous l’embellissez (vous-même), vous le revendez, vous empochez la plus-value.
  • Formation. Vous avez forcément des compétences: informatique, cuisine, danse, conseils vestimentaires, décoration, soutien scolaire…etc. Lancez-vous! Et souvenez-vous qu’il n’est pas nécessaire d’être un expert en le domaine, seulement d’avoir un niveau supérieur à votre élève.
  • Commerce. La voie royale. Puisque vous connaissez votre objectif de marge, il vous suffit à présent de choisir un ou plusieurs produits et de les vendre. Les supports de vente sont nombreux (internet avec ebay, leboncoin, priceminister…, les réunions d’affiliation (type Tupperware), la rue (attention aux autorisations), le porte à porte…etc).
  • Artisanat. Pourquoi ne pas fabriquer vous-même quelque-chose puis le vendre (ou le faire vendre via un système d’affiliation). J’en profite pour faire un peu de pub à une amie créatrice de bijoux et de mobilier: ch’Agathe the Blues (et le lien direct vers sa boutique DaWanda).
  • Blogging. Le principal investissement sera du temps. Mais est-ce vraiment une contrainte de parler de sa passion, de ces centres d’intérêts? La monétisation ne vient que plus tard mais forme un tremplin (pub adsense, affiliation, vente d’ebook…etc).
  • Expatriation. Je reviendrai sur ce point mais n’oubliez pas que si vous êtes un « pauvre » Français moyen, vous êtes de facto catégorisé parmi les nantis dans certains pays, et ce avec 100€/j (voire beaucoup moins). Et si on vous donnait l’occasion de « bien vivre » pour seulement 1000€/mois (le SMIC globalement), avec en prime le climat, la chaleur et l’accueil de la population, l’absence de stress…!?

Alors, combien de temps passerez-vous encore à vous esclaver au bureau, persuadé d’être indispensable à une société qui vous jettera dès qu’elle n’aura plus besoin de vous…?

22 commentaires

Participez aux commentaires, vous avez sans doute aussi des choses intéressantes à raconter!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*