Formation Olivier Seban: Tout le Monde Mérite d’Etre Riche!

Séminaires immobilier et Bourse des 20 et 21 février 2010 par Olivier Seban.

_

C’est qui, c’est quoi?

Je ne vais pas m’appesantir là dessus. Nul doute que beaucoup d’entre vous connaissent déjà Olivier. Je le résumerais à un self-made-man.

Ne foncez pas directement vers un séminaire. C’est son livre qui doit vous y mener. Ca tombe bien puisque le premier opus est en libre téléchargement sur son site. Vous pouvez aussi vous procurez l’édition mise à jour dans toutes les bonnes librairies.

_

Quel public?

Large bien entendu même si le barrage à l’entrée se fait par le prix du séminaire. Pas excessif en soi mais permettant de se couper d’une horde de rigolos qui accepteraient de payer sous le seuil minimum d’acceptation psychologique en terme de « qualité » (plus le prix est faible, plus l’exigence de retour sur investissement l’est aussi!).

Les stagiaires sont essentiellement de jeunes hommes, des paillettes plein les yeux à l’idée de pouvoir « devenir riche » (un jour, oui, mais quand…!?). Pas de costume Kiabi dans l’ensemble mais toujours le syndrome du portable posé sur la table, primordial puisqu’à n’en pas douter la plupart attendaient un coup de fil d’Eric Schmidt (ce qui n’arriva pas)

Olivier a une grande aisance en tant que formateur, ce qui lui permet de jauger durant le premier round ses interlocuteurs, sans que ceux-ci s’en aperçoivent.

_

Ce que vous trouverez dans le séminaire?

Avant tout, ce que vous êtes venu y chercher! J’avais personnellement déjà pas mal phosphoré sur le sujet de l’immobilier mais selon toute évidence n’importe quel investisseur lambda prendra une « claque » en terme de connaissances. Quand un agent immobilier ou un promoteur vous vante une rentabilité à 6%, Olivier ne se déplace pas en-dessous de 10% (bruts), et surtout vous démontre comment vous pouvez l’atteindre.

_

Ce que vous ne trouverez pas dans le séminaire?

Comme au casino, celui qui s’enrichit ce n’est pas vous mais le tenancier des lieux! En l’occurrence Olivier qui maximise sa journée en multipliant le chiffre magique du prix du séminaire par autant de participants. Mais à la différence des bandits-manchots, Olivier n’est ni l’un ni l’autre et nous invite à simplement imiter ce qui marche: en bref, plutôt que de se faire plumer aux jeux, montez vous-même un cercle!

Les principales limites du séminaire sont dues à la contrainte de temps. On n’aborde pas l’immobilier ou la Bourse en une seule journée. Sauf à ne traiter que l’ABC ou à étudier un sujet bien spécifique avec l’oeil d’un expert. Et le public présente tout de même une certaine hétérogénéité: pour mon propre cas, si je prévalais d’une certaine connaissance en matière immobilière, à contrario je suis tout bonnement incapable de savoir comment passer un ordre en Bourse!

Mais à l’issue de chaque jour, il est parfaitement envisageable pour un néophyte de se lancer dans l’activité et pour un « amateur averti » d’aiguiser ses stratégies.

_

Et Olivier, il est comment?

Accessible et sympathique. Ce qui a la vertu de nous rappeler ô combien l’empathie et les relations humaines en général s’avèrent sine qua none dans une négociation notamment. Tout est facile comme il aime à le répéter et effectivement pour qui a une certaine aisance en le domaine, en y additionnant l’instruction de la culture financière, la richesse n’est que le résultat évident d’une équation simple.

Se définissant lui-même comme un « paresseux stratégique », il incarne parfaitement le gars qui a réussi. Mais réussite ne rime pas avec maximisation de gains financiers mais avec optimisation du bonheur. Un savant mélange entre joie de vivre, plénitude et bien entendu force du poignet. Pas pour de la masturbation intellectuelle comme le font certains qui pensent que ça va tomber tout cuit et qu’un séminaire suffira à faire pleuvoir de l’or sur leur tête, mais bel et bien pour le travail qu’il y consacre.

Olivier, c’est finalement l’application pragmatique du principe de Pareto: 20% d’effort pour 80% de gains, ou comment travailler moins pour gagner plus. Mais travailler moins ne signifie pas ne plus travailler et encore moins ne pas travailler en pensant qu’il suffit d’une potion magique ou d’un recueil de recettes pour toucher un hypothétique Saint-Graal.

_

Mon propre ressenti quant au séminaire?

A nouveau, c’est délicat de répondre à une telle question « à chaud ». De prime abord, je dirais un peu sur ma faim pour 2 raisons. La première est que j’avais assisté à la session de mars 2009 à son séminaire généraliste « Tout le Monde Mérite d’Être Riche » et qu’on assiste – forcément – à un minimum de redites sur ces 2 journées, notamment sur les « astuces », les « inédits » capables de vous faire économiser ou gagner pas mal de pognon. La seconde est que j’ai tracé le début de ma route, étant donné que je connais à présent mon cap à suivre. Rendons à César ce qui lui appartient: les nouvelles « astuces » appréhendées permettent de compenser cette « perte de la nouveauté » et quant au second item, la formation ne s’intitulait pas « comment devenir marchand de biens et prospérer au sein de cette activité? »

La question se pose différemment: est-ce que l’appréhension de ce stage me permettra de récupérer par mes actions son budget? Et la réponse est positive. A partir du moment où le retour sur investissement est présent, que demander de plus…!?

Dernier point et non des moindres, ce séminaire m’a permis de rencontrer d’autres personnes, d’autres profils, de confronter mon expérience, mes points de vue, et finalement de me « situer » (ce n’est peut-être pas le but mais inconsciemment, je pense que tout le monde passe par cette étape). Et surtout, surtout, ce séminaire possède une qualité dont j’ai du mal en l’écrivant à choisir le qualificatif le plus approprié pour la décrire: l’effet boost, la motivation procurée. Et rien que pour ça: merci Olivier!

26 commentaires

  1. Salut,

    Merci pour ce retour.

    10% de rendement brut ça ne doit pas être évident à trouver.
    J’imagine qu’il faut jouer à fond sur la négociation du bien, du prêt et des frais de notaire pour arriver à ce résultat (et encore).

    D’ailleurs dans l’une de ses vidéos, il parle d’une méthode (dévoilée uniquement dans son séminaire) pour avoir un « prêt exceptionnel », est ce que ce secret vaut vraiment le coup?

    A+

  2. Salut Franck!

    Effectivement, l’argent se gagne plus à l’achat qu’à la vente mais pour le rendement, tu peux aussi exploiter les pistes sur comment louer plus cher (dans mon cas, je loue un studio en meublé, ce qui génère 10 à 15% de loyer supplémentaire).

    Olivier n’est pas un magicien: tout ce qui figure dans le séminaire a pignon sur rue. Il a juste l’intelligence de condenser les éléments et de ne retenir que le meilleur.

    Je le répète: (ce que j’y ai appris) – (ce que je savais déjà) > (prix du séminaire)
    Ce n’est pas une pub déguisée: mon objectif était d’économiser au moins le prix du séminaire grâce aux astuces glanées 😉

  3. Olivier Seban sait bien vendre et se vendre.
    Point barre.
    J’ai assisté il y a 2 ans environ à son séminaire bourse.
    Quelques stratégies à mettre en oeuvre basiques de basiques.
    Alors que lui y a passé des heures et des heures pour se rendre compte que finalement l’on ne pouvait rien prévoir.
    Et je lui avais posé à l’époque la question de l’or comme investissement.
    IL m’avait dit : je ne vous le conseille pas , je n’y comprends rien!
    Depuis 2007, l’or en euros est passé de 500 euros à 840 actuellement soit un gain de 68% en 2 ans et le nap est passé de 80 euros à plus de 150 actuellement, soit un gain de 100%.
    Je ne l’ai pas écouté.
    Bien m’en a pris.
    Quant à l’immo, tout est affaire de cycle.
    Allez regarder du coté du tunnel de Friggit et vous comprendrez…
    Ses rendements à 10% actuellement c’est pipeau…
    Mais à chacun de faire sa propre opinion.
    POint + : Il participe par contre à l’éducation financière des français.

    ciao bye

    Aline

  4. Merci de ton commentaire Aline.

    Mon ambition n’est pas de me faire l’avocat d’Olivier mais pour répondre à quelques points:
    _ Ma présence à la formation Bourse a notamment été motivée par le fait que les 2 séminaires se suivaient calendairement. Avec le recul, je ne regrette pas puisque j’ai pu découvrir quelques rouages et astuces (je suis très proche du « niveau 0 » sur le sujet…).
    D’ailleurs la formation s’intitule « Comment investir en bourse lorsque l’on y connait rien! » et en ce sens, la promesse est tenue.
    _ On ne peut pas non plus le blâmer de déconseiller d’investir dans un domaine que l’on ne connaît pas: c’est le B-A-BA de l’éducation financière!
    Certains deviennent richissime dans le secteur de la restauration mais ce serait une bêtise d’ouvrir un resto sans savoir faire cuire un oeuf, non?
    _ Oui, l’immobilier suit des cycles.
    Mais je défie quiconque de savoir exactement où nous nous situons (à part Mme Irma peut-être…)! Et le tunnel de Friggit n’est pas l’unique indicateur (on peut d’ailleurs aussi se demander si ce ne sont pas les revenus qui n’ont pas assez augmenté plutôt que d’affirmer que l’immobilier a « trop » flamber).
    _ Non, des rendements à 10% ce n’est pas du pipeau.
    Mais contrairement, aux pommes, ça ne tombe pas des arbres. Quelquefois il faut prendre un escabeau, élaguer soi-même ou chercher un pommier en dehors du champ 😉

    Comme tu le dis: à chacun de se faire sa propre opinion.
    La mienne est qu’on peut gagner ou économiser (au moins) 500€ en immobilier (ou en Bourse) grâce à la formation, donc résultat financier positif.
    Il est évident qu’il ne s’agit pas d’une formation poussée (1 seul jour) sur un domaine précis (public varié).

  5. Merci pour ce retour d’expérience.
    Je suis intéressé par ses formations mais le prix est encore un frein pour moi, d’autres priorités.
    Tu as lu son livre et assisté à sa présentation « générale », trouve tu que la présentation vaut l’investissement pour qui a lu le livre ?

  6. Salut Simon!
    Livre et formation sont 2 choses différentes, qui peuvent être complémentaires mais qui peuvent aussi s’envisager séparément.

    Le livre est un incontournable de l’éducation financière, à l’instar de « Rich Dad, Poor Dad » de Kiyosaki.
    La version initiale est en libre téléchargement, il serait dommage de s’en priver!

    Les modules de formation ont été revus puisque la « générale » a été splitée en « Immobilier » et/ou « Bourse. » C’est d’ailleurs le reproche: la redondance. Mais ce n’est pas de sa faute et Olivier applique un rabais pour les « anciens » ce qui permet de pallier à ce phénomène 😉
    Il a depuis ajouté un 3ème volet: le marketing (séminaire « UMS ») que j’aurais plutôt nommé « entrepreneuriat. »

    Je conseille plutôt d’avoir un minimum de connaissances ultra-basiques et d’avoir la volonté de se lancer dans le secteur.
    En ce qui me concerne, je ne sais même pas comment passer un ordre en Bourse (parce que je ne l’ai jamais fait) et ma culture est proche du néant. Donc impossible de sortir de la formation en me disant « waouh, je vais me faire de l’oseille, je sais tout, je fonce! » Forcément…
    En revanche en immobilier, je suis à l’aulne de me lancer, voire de m’y « reconvertir »: le stage m’a permis de me conforter dans mon projet, de débattre, d’entendre d’autres points de vue (y compris des autres stagiaires) et de repartir avec quelques idées/astuces.

  7. ChrisToonet dit:

    bonjour !
    je ne suis pas étonné par la notion de 10%, car il y a déjà longtemps que l’on m’avait conseillé le calcul suivant :
    pour un appartement loué 400 par mois acheter 48000 pas plus !
    celà rend difficile le premier investissement surtout en zones urbaines genre Ile de France !
    il faut donc être à l’affut du vendeur « pressé » !!

  8. Re!
    Oui, ou prendre le problème « à l’envers »: en privilégiant des formes de locations alternatives comme la location saisonnière (il y en a d’autres)

    Par exemple un studio à Paris acheté 120k€ « devrait » se louer 1000€/mois. En location classique, on n’obtiendrait que 650€ (waouh: les 6,5% vantés par l’agent immobilier…) alors qu’en le louant 250€/ semaine, on « boucle » le budget espéré 😉

  9. Je connais plusieurs personnes qui font de la location saisonnière et si ça rapporte plus ça coute aussi plus cher (taux de rotation important, il faut faire les check-in et les check-out), en plus il y a une certaine saisonnalité, en janvier c’est plutot calme par exemple, bref c’est un métier et on ne s’improvise pas loueur en location saisonnière meublée comme ça.

  10. @ Aurélien:
    Je n’ai pas dit que c’était facile ni garanti, juste que c’est possible.

    C’est d’ailleurs un des leitmotivs d’Olivier: tout le monde pense que c’est impossible donc personne ne le fait… résultat: ceux qui tentent en récoltent les fruits.

  11. ChrisToonet dit:

    bonjour ! l’idée de louer à la semaine est très juste ! et rien ne vous empêche de faire des tarifs haute et basse saison en visant la moyenne souhaitée ??

  12. Tout à fait ChrisToonet, il faut moduler le tarif, voire faire des « promo » lastminute pour plutôt brader la location que de n’avoir personne!

    Louer en saisonnier dans une grande métropole permet aussi d’autres avantages:
    _ la proximité car on peut gérer soi-même (rares sont ceux qui habitent le littoral)
    _ l’intérêt touristique toute l’année (qui irait à la montagne en octobre…!?)
    _ la possibilité de louer sur des durées plus courtes (l’espace d’un WE par exemple)
    _ la vente de services associés (en vacances, on cherche souvent le plus économique alors que pour une escapade en ville, on cherche avant tout le plus pratique)
    _ la possibilité d’optimiser via la location la semaine à une clientèle venant pour travailler (différente de la « clientèle d’affaires ») et le WE à une clientèle de visiteurs, de touristes.

  13. Merci pour ton retour sur cette formation. Je pense que ça doit être aussi intéressant d’échanger avec les autres personnes qui sont venues à ce séminaire.

    Où en est ton projet?

  14. L’échange est toujours intéressant. Malheureusement, ça se passe essentiellement à table, et donc se conscrit à la demi-douzaine de personnes alentour.

    Ca pourrait être intéressant de faire un tour de table en début de séminaire pour connaître les motivations et les projets de chacun. Malheureusement, c’est chronophage (38 participants au séminaire « immobilier »)et ça risquerait d’être « creux » pour 80% des participants…

    Mon projet avance: j’ai signé il y a pile une semaine le compromis et j’ai reçu mardi la liasse en RAR (je suis donc « dans les 7j »): billets en préparation pour vous permettre de suivre toutes les étapes 😉

  15. Oui c’est vrai que ce n’est pas forcément évident, mais il n’y avait pas moyen à l’heure du repas de discuter avec d’autres participants?

    Cool pour ton projet, j’attends ton article 🙂

  16. Il y a plein d’échange. Après, tu ne peux pas discuter en profondeur avec TOUS les participants, donc il y a un phénomène d’entonnoir.
    Or ayant un projet spécifique, il y a peu de profils similaires au mien (la plupart veulent faire de l’investissement locatif, pas du marchandage de bien).

  17. sujet passionnant!!
    En plus des avantages de la loc saisonnière décrits plus haut, notons que ce système permet de jouir de son bien quand on le veut, notamment s’il se trouve dans le sud. Il suffit de se garder 2 ou 3 créneaux dans l’année.
    C’est au détriment de la rentabilité mais il faut vivre un peu, non?
    Quant à la gestion, c’est certes du travail, mais quand on travaille pour soi, on ne compte pas. On gère sa « petite entreprise » avec plaisir!!
    Si vous voulez un exemple, allez voir mon website.
    Quant au livre d’Olivier et à ses formations, ce sont des dynamisants.
    J’ai 12 ans d’expérience d’achat/gestion/vente en tant qu’amateur et on a toujours à apprendre. Je pense donc me payer les formations immo et bourse d’Olivier Seban car je prends ça comme un INVESTISSEMENT.
    hanbeeloo

  18. Merci de ton commentaire hanbeeloo (et jolie maison au passage 😉 ).
    Comment gères-tu les périodes basses (j’imagine que peu de gens souhaitent se payer des vacances à Nîmes au mois de novembre ou février…!?)
    Peux-tu nous indiquer le taux d’occupation d’une telle maison?

  19. j’avais oublié le second effet kiss cool en matière de rentabilité.
    De novembre à mai, comme ma maison est proche de la fac de médecine, je la loue à 3 internes (des filles de préférence, c’est plus soigneux) en faisant de la colocation. ça fait 3 loyers ou 4 loyers par mois. Pas mal non?
    Mais il faut faire tomber les idées reçues sur les risques de la colocation!

    PS : TB ton site, ça part bien.

  20. C’est une vraie formule gagnante (colocation + saisonnier), bravo!
    (Et merci pour tes encouragements 🙂 ).

  21. Olivier parle dans ces vidéos d’un « Prêt Exceptionnel » que tout les professionnel utilises!
    Quel est ce prêt???

    Merçi.

  22. @Bernard:
    Oui Olivier parle d’un certain type de prêt (d’un cautionnement en particulier 😉 ). S’il était « exceptionnel », il ne s’adresserait qu’à certaines personnes et comporterait beaucoup de barrières à l’obtention. Or il n’en est rien.

    Je te conseille vivement de suivre la formation: connaître cette « astuce » te fera économiser un peu d’argent éventuellement mais le séminaire te permettra d’en gagner bien plus encore.
    Pourquoi tout le monde hésite à investir un peu d’argent quand il s’agit de formation, de progression, de développement de soi, alors qu’on en dilapide bien plus dans des futilités qui n’apportent aucune richesse ou aucune création de richesse…!?

  23. La comparaison avec un besoin primaire (l’alimentation) est un peu osée mais comme tu le dis, les investissements dans tous les loisirs sont colossaux (je sors à l’instant du ciné: film sans intérêt ni culturel ni de divertissement et encore moins d’enrichissement… j’ai pourtant dépensé 40,50€ pour 3 personnes!).

  24. Salut à tous

    Pour répondre au dernier message, aux USA une étude a montré qu’une famille dépensait par mois près de 800$ en nourriture « alimentaire ». Jusque là rien de choquant.

    L’étude montre également que ces mêmes familles dépensent seulement 8$ par mois en nourriture « intellectuelle » !!!

    C’est la même chose en France : selon mon éditeur, moins de 1 personne sur 10 lit un livre par an… et un français passe en moyenne 4h30 par jour devant la télé (affolant, en tout cas à mon humble avis).

    Pour ceux qui n’ont pas lu mon livre TOUT LE MONDE MERITE D’ETRE RICHE allez sur le site en cliquant sur la bannière qui s’affiche plus haut. Ensuite vous pourrez accéder au livre à partir de la page d’accueil.

    Olivier Seban

  25. Bonjour,
    J’ai lu avec plaisir votre livre, TOUT LE MONDE MÉRITE D ETRE RICHE
    en février 2010,j’avais noté des conseils et des choses a mettre en place,
    mais 2 ans après,rien,je « patauge » dans mon mal être face à l’argent.
    Je pense que je n’ai pas un niveau intellectuel assez élevé pour y arriver.
    -Que me conseillez vous ?
    Merci pour votre réponse .
    Claude

  26. Bonjour olivier
    J aimerai telecharger votre livre mais je n ai qu une adresse mail avec hotmail.fr
    Ceci etant mon fournisseur internet est numericable, comment puisje obtenir une autre adresse pour telecharger votre livre gratuitement

    Merci pour votre reponse
    Brigitte

Participez aux commentaires, vous avez sans doute aussi des choses intéressantes à raconter!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*